Charte des bonnes pratiques d'élevage

Les flux rss du siteImprimer la page

Bien faire et le faire savoir ! Tel est le slogan de la Charte des Bonnes Pratiques d’Elevage, née à la fin des années 1990 suite à la crise de la vache folle.

Une démarche nationale pilotée par les éleveurs, en évolution permanente

Cette démarche est née de la volonté des éleveurs et pilotée par les représentants des filières bovines (FNPL, FNB). Depuis sa création, la Charte n’a cessé d’évoluer pour rester en cohérence avec les attentes de la société. Ainsi dans la dernière version 2012 de la Charte, des chapitres sur l’environnement et le bien-être animal ont été rajoutés.

La Charte des Bonnes Pratiques d’Elevage est une démarche professionnelle qui réunit aujourd’hui 62% des éleveurs bovins français et représente 90% des produits commercialisés issus de l’élevage français.

Un outil pour l’éleveur

Démarche volontaire, la Charte des Bonnes Pratiques d’Elevage est avant tout une démarche de progrès qui permet à chacun de prendre de progresser et répondre aux attentes de leurs partenaires et/ou citoyens sur les thèmes suivants : identification, santé, alimentation, qualité du lait, bien-être animal, sécurité et environnement.

En adhérant à la Charte, chaque éleveur de bovins prend 6 engagements essentiels :

  • assurer la traçabilité des animaux de son exploitation ;
  • s’assurer de la santé de son troupeau ;
  • fournir une alimentation saine, équilibrée et suivie à ses animaux ;
  • pour les élevages laitiers : protéger la qualité du lait par une hygiène rigoureuse ;
  • s’assurer du bien-être des animaux et veiller à la sécurité des personnes travaillant sur l’exploitation ou intervenant ponctuellement auprès des animaux ;
  • participer à la protection de l’environnement ;

Elle implique pour l’éleveur qui signe la Charte le respect de critères précis qui lui permettent bien souvent d’anticiper la réglementation.

Claire SABY, GIE Elevage Occitanie

Comment adhérer

Pour adhérer à la Charte des Bonnes Pratiques, il vous suffit de vous rapprocher de votre laiterie, de votre OP ou bien de la Chambre d’Agriculture.
Un technicien d’élevage agréé viendra sur votre exploitation afin d’échanger avec vous et de rechercher les améliorations éventuelles à apporter sur votre exploitation.
Cette visite vous permettra de vous situer par rapport aux exigences demandées. Selon les résultats de l’audit réalisé ce jour-là, votre adhésion pourra être immédiatement validée ou différée le temps de vous mettre à niveau.
Par la suite, vous recevrez la visite du technicien d’élevage tous les 2 ans pour faire le point sur vos pratiques, vos marges de progrès et confirmer votre adhésion à la démarche.